Palais d’Isouka : retour sur un séjour culturellement riche

Au bout de la haie, après quelques marches, une royale a été construite avec toutes les commodités auxquelles doit jouir un roi. C’est le deuxième trône du roi. Il y siège lorsqu’il

Retour sur mon séjour à Koudougou, ou j’ai eu le plaisir de visiter un joyaux, d’avoir une discussion joyeuse avec des pécheurs et de profiter de la brise du matin de l’ornement du palais.

  • Le palais d’Isouka
  • La cour royale et ses gravures
  • Le musée d’histoires et de traditions
  • Le cours d’eau ornement du palais

Le palais d’Isouka

Le palais d’Isouka se trouve en plein centre de la ville de Koudougou. Il n’est pas assailli d’une horde touristique. Pourtant ce palais, à l’architecture traditionnelle, construit en banco qui borde le grand barrage de la commune a beaucoup à offrir à ses visiteurs. Elle a été pensée par l’ONG La Voute Nubienne.

La légende raconte que les koudougoulais viennent du Nord du Ghana. Un roi y vivait en harmonie avec son royaume et ses deux fils. Jusqu’au jour ou l’un des frères accusa l’autre de vol. Débité par cette fausse accusation, le frère accusé du forfait décida de quitter le village, accompagné de sa petite famille. Il avait décidé de s’installer ailleurs, loin du royaume. Après des jours de marche et des nuits de route, ils fient à bout de fatigue et de soif. Ne pouvant plus continuer, la famille s’abrite sous un arbre. Assis à ruminer sa soif, le chef de famille aperçois une iguane sur sa course à quelques encablures de leur lieu de repos – L’iguane est une espèce de lézard reconnue pour être bon nageur. On les retrouve généralement dans des zones boisées, près d’eau douce – Il compris donc qu’il avait très certainement un point d’eau à quelques kilomètres plus loin. Il décida donc, avec toute sa famille d’emprunter les pas de l’iguane. La petite famille débouche vraisemblablement devant un cours d’eau. Ils s’y désaltérèrent et décidèrent d’y rester et d’y construire leur vie. Au fil du temps se développa Koudougou, dont l’iguane est l’emblème et dont Isouka en est un quartier.

Moogho Naba/Palais D’Isouka / Koudougou

La cour royale et ses gravures

Un hommage est rendu au Moogho Naba ( Chef du royaume mossi) à l’entrée du palais à travers une statut majestueusement construite.

Le lion est représenté à l’entrée de la cour; Tout autour une série de gravures mettant en exergue entre autres les différents rois qui se sont succédés au quartier d’Isouka. Des gravures retraçant l’histoire de Koudougou ainsi que la représentation de chefs étrangers qui ont aidé à la reconstitution du palais, fait office de clôture de la grande cours royale avec une haie d’entrée.

Palais D’Isouka / Iguane en gravure

Au bout de la haie, après quelques marches, une royale a été construite avec toutes les commodités auxquelles doit jouir un roi. C’est le deuxième trône du roi. Il y siège lorsqu’il est amené à être dans la grande cour royale pour des activités comme le Nabasga (Cérémonie coutumière traditionnelle qui célèbre les ancêtres).

Le deuxième trône du roi

Ouverture sur la salle d’audience. Elle donne une vue sur le trône du roi. Le roi y reçoit ses invités.

Plus à l’intérieur de la sale, derrière le trône du chef, tout en haut, est représenté les différents symboles du royaumes naaba : le bonnet du chef et la canne pour mettre en exergue la royauté, l’iguane encore appelé le varan qui représente le totem de la famille. Sur le mur, à gauche, git un tableau sur lequel est représenté les responsables des différentes confessions religieuses ainsi qu’un représentant français. Ce tableau explique le fait que ce soit le Roi qui gouverne la communauté. Par ailleurs toutes actions ou activités à mener dans la localité, comme la construction d’église ou de mosquée, ne doivent être initiées sans l’autorisation du Roi. Toutes ces gravures mettent en exergue le pouvoir du roi ainsi que ces différentes fonctions.

Isouka a connu au total quatre Rois : le Naaba Bulg Zaoore, le Naaba Sigri, le Naba Baongo et l’actuel Naaba Saaga.

Le musée d’histoires et de traditions

J’aurais bien aimé que vous visitiez le musée à travers des photos. Malheureusement, il est interdit de faire des prises de vue une fois à l’intérieur du musé. Chose que j’ai déploré mais que je comprends parfaitement. Anyway cela vous incitera peut-être à y faire un tour pour voir exactement de quoi il en retourne.

  • Le cours d’eau, ornement du palais
Un pécheur au cours d’eau du palais

En réalité pas vraiment attractif pour la majorité, ce cours d’eau est pour moi, l’un des joyaux du palais d’Isouka. Il fait office d’ornement tout autour du palais. On y rencontre quelques deux à trois pécheurs jetant avec habilité leurs filets.

« Il n’y a vraiment plus rien ici. Avant, nous avions quand même une bonne pêche. Nous utilisons une partie pour le repas du soir puis nous vendons le reste. Aujourd’hui, plus rien. « 

Le cours d’eau a perdu son utilité primaire pour ces riverains qui y venaient chercher de quoi garnir leurs sauces du soir. Aujourd’hui Il est utilisé à des fins de détente. En effet de petits hangars à coiffe de paille ont été construits au bonheur des touristes et/ou des habitants qui souhaitent manger un poulet et boire une bière en papotant et en profitant de la fraicheur du cours d’eau.

Cette petite visite a vraiment été l’une de plus édifiante pour ma culture générale. Alors si vous avez l’occasion de faire un tour à Koudougou, je vous conseille vivement de visiter cet endroit. Vous vous y plairez à coup sur, si vous aimez apprendre de nouvelles choses.

N’hésitez pas non plus à laisser un commentaire et à partager avec nous votre expérience Isouka. A très vite, Bisous !

4 commentaires

  1. Merci de nous avoir partagé un bout de votre voyage qui nous invite au voyage. Je ne connais pas encore ce palais et je suis motivé à le découvrir.

Laisser un commentaire